Myth of Legend


Douleur tu feras à toi même si ton prochain tu affrontes

 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

KHEIRA Aloise {Over}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
« Aloise Kheira »
avatar
Pégase

Messages : 18
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 25
Localisation : Par précaution, je ne la donne jamais.

Feuille d'identité
Age: 18 ans
Humeur: Ni bonne, ni mauvaise. Mais ça pourrait changer, alors...
Equipement:
MessageSujet: KHEIRA Aloise {Over} Dim 22 Mai - 14:39

We put her down in a shallow grave...




Nom: Kheira {Ké'ïra}

Prénom: Aloise {Aloïss}

Age: 18 ans

Race: Humaine-Pégase

Ville natale: Equus, bien qu'elle n'y soit pas restée très longtemps.

Arme: Deux poignards sans nom, qu'elle a volé à un voyageur.

Profession: Voleuse

Caractère: Aloise est une jeune femme qui, dans l'ensemble, peut paraître bien brusque et distante. Son visage fermé et sévère est annonciateur de ce vous trouverez en échangeant quelques mots avec elle, à savoir: Une jeune fille constamment sur ses gardes, méfiante, brusque et froide, aux paroles coupantes comme la lame d'une épée. Il faut dire qu'avec son vécu, trouver en Aloise une bonne âme compréhensive et habituée à la conversation eut été somme toute bien curieux. Tout d'abord, il convient de préciser que la jeune fille est courageuse. Pas téméraire, elle fuira si elle se rend compte que la situation tourne à son désavantage, mais n'hésitera pas, si elle pense avoir sa chance, vous défier pour un combat. Elle n'attaque cependant les gens que pour leur voler leur argent ou n'importe quoi qu'ils aient sur eux, et les laisse repartir intacts à chaque fois. Tuer, ce n'est guère dans ses habitudes, et elle ne l'a, jusque là, jamais fait. Possédant un sens bien à elle de la justice, elle ne suit que les lois que lui dicte sa propre conduite. Se conformer aux lois d'un pays ou d'une ville, elle ne le supporterait pas, raison pour laquelle elle ne cesse de voyager, dormant à la belle étoile, dans la nature, là où personne ne pourra lui reprocher de déranger d'une quelconque façon que ce soit. Voler, ça ne lui pose aucun problème de conscience. Comme je vous l'expliquerais plus tard, Aloise n'a presque aucune notion de groupe ou de vie en société, de toute manière. C'est une solitaire que la compagnie gêne.

Très peu souriante, on ne peut pas dire qu'Aloise ait beaucoup d'humour. Il lui faut du temps pour comprendre une plaisanterie, en général, et à moins qu'elle ne trouve celle-ci hilarante pour une raison ou une autre, elle se contentera de lever les yeux au ciel d'un air agacé après avoir comprit. C'est que, ne pas comprendre du premier coup, ça a le don d'énerver considérablement la demoiselle qui, sans être susceptible à l'extrême, a tout de même sa petite fierté, qu'elle n'aime pas qu'on vienne trop titiller. Malgré quelques grosses lacunes concernant la vie en groupe et l'histoire d'Isydra en général, Aloise a l'esprit vif, et comprendra très vite quelque chose à condition que cette dite chose l'intéresse. Pour ce qui ne lui plaît pas, elle fera au contraire un vrai blocage. Quand Aloise ne veut pas comprendre, inutile de s'acharner à lui expliquer: Elle ne vous écoutera pas. Têtue, la jeune femme ne se laisse pas facilement influencer, et garder ses ambitions bien en vue. Elle se plaît à penser qu'elle est une femme forte, raison pour laquelle, entre autre, elle ne pleure jamais en public. D'ailleurs, même seule, elle demeure d'une incroyable impassibilité, comme si le moindre écart allait la faire s'écrouler. Pleurer, clairement, ne lui arrive que très rarement, et il lui faut une bonne raison pour le faire. Une très bonne raison. De la même façon, se décourager ne semble pas faire parti du vocabulaire d'Aloise, qui avance malgré les obstacles et les chutes. Même égratignée, elle trouve la force de se redresser et continuer à avancer. Pourquoi? A vrai dire, elle ne le sait pas elle-même. Mais confusément, elle sent qu'elle a une mission à accomplir, et elle ne compte pas mourir avant de l'avoir fait. Ça peut sembler bête, mais elle s'accroche dur comme fer à cette idée.

Peu généreuse et plutôt égoïste, ne vous attendez pas à ce qu'elle vous prête main forte par bonté d'âme, elle s'intéresse uniquement à son propre objectif. Toutefois, cette habitude pourrait changer si vous parvenez à devenir son ami, chose qui sera malaisée toutefois, cette dernière n'ayant jamais vraiment eu d'amis. Vivre en groupe, Aloise n'y est pas habituée. Elle est solitaire, et s'en accommode très bien, pour n'avoir jamais cherché à sortir de cette solitude. C'est la raison pour laquelle ses actes peuvent paraître égoïstes, à part ses parents, elle n'a grandie entourée de personne d'autre, et n'a jamais eut à prendre en considération un avis autre que le sien. Alors quand elle décide quelque chose, il ne lui vient pas même l'esprit que cela puisse poser problème à un éventuel compagnon. Pour en venir à ce point particulier: Bien que cela fait deux ans maintenant qu'Aloise erre sur les terres d'Isydra, elle ne comprend pas le fonctionnement de la société. Les villes sont pour elle d'immenses fourmilières qui lui sont incompréhensibles. Seule la vie libre d'errance lui convient, comme à un animal. Elle qui a grandit sans règles, dans une grande liberté, ne supporte pas d'être enfermé quelque part ou écrasé par des 'fais-ceci, fais-cela', ah non, ça c'est interdit'.

Dernière petite précision, qui peut paraître amusante: Aloise a beau en imposer avec son allure altière et ses airs indifférents, elle n'en mène pas large si elle doit discuter avec quelqu'un en face à face. Autrement que pour lui demander de bien vouloir lui donner son argent, avec un couteau sous la gorge, bien évidemment. Converser avec une personne, de son âge à plus forte raison, la rend timide, la perturbe. Elle se met encore plus sur ses gardes, rougit, et se contente de froncer les sourcils en limitant le plus possible les mots qu'elle doit prononcer, le regard dirigé vers le sol ou le décor, pour éviter le regard de son interlocuteur. Là encore, c'est car parler à d'autres personnes, elle ne le fait pratiquement pas. Ce manque d'habitude l'handicape. Également, face à un homme, elle aura tendance à avoir une plus grande réaction de recul: Ayant faillit être violée, elle reporte cette peur sur tous les hommes qui croisent son chemin, ne parvenant guère à faire de différences entre ceux qui sont mal intentionnés et ceux qui ne le sont clairement pas.

Physique: Aloise est une jeune femme qui pourrait, si elle le voulait, ressembler à une jeune et jolie Princesse. La beauté n'est pas offerte à tout le monde, et heureux sont ceux qui peuvent se vanter de posséder un visage parfait! Aloise, elle, ne s'en est jamais vantée. Et ce n'est pas tant car ses parents lui ont apprit à ne jamais considérer la beauté comme un avantage que car elle apporte souvent des malheurs aux jeunes filles qui la possèdent. Aloise le sait, elle qui a faillit en faire la douloureuse expérience.

Pour commencer, il convient de préciser que la jeune femme ne vit pas confortablement, dans une petite maison, dans un village bien tranquille. Emprunte de la vie des chemins, c'est toute son apparence qui reflète ce rude train de vie. Certes, la demoiselle est belle; Mais la demoiselle a un aspect sauvage qui dérange. Son visage fin, normalement lisse, est souvent parcouru de coupures ou d'égratignures, qui guérissent bien heureusement relativement vite. Encadrant ce joli visage, des cheveux de couleur blond-clair cendré, coupés courts, en une coiffure anarchique qu'Aloise ne prend jamais la peine d'assagir. Ses cheveux rebiquent, ne tiennent pas en place, ce serait une perte de temps que de les coiffer, pour les retrouver de nouveau décoiffés à peine quelques instants plus tard. Ses yeux sont quant à eux fins, d'une étonnante couleur améthyste. Un regard fin, dur, renforcé par ses sourcils qui, froncés le trois quart du temps, lui donnent un air agressif et peu aimable. Sourire, Aloise ne le fait quasiment jamais, gardant en permanence sur son visage ce masque d'agressivité et d'impassibilité qui la fait ressembler à un animal sauvage. Grande pour une jeune fille, la demoiselle mesure un mètre soixante-treize, pour quelques soixante kilos, lui conférant une silhouette qui sans être très imposante n'est pas fragile pour autant, plutôt bien proportionnée. De la force, Aloise en a, mais face à un homme ou quelqu'un d'expérimenté, tenter de jouer des poings serait ridicule. Aussi, lorsqu'elle se bat, la jeune fille utilise deux poignards qui, sans être de belle facture, sont somme toute relativement résistants. Plus que sur la force de ses coups, c'est sur sa rapidité et sa souplesse qu'Aloise joue en combat. Véritable contorsionniste, elle est également très rapide. Malgré ces deux derniers points, qui sonnent comme des avantages, les attaque d'Aloise restent très répétitives, et au bout d'un moment, il n'est guère difficile pour son adversaire d'anticiper ses mouvements. Là encore, elle cherchera à s'en sortir par la vitesse, mais sa rapidité est loin d'être suffisante pour la faire gagner contre quelqu'un sachant très bien se battre, malheureusement.

En ce qui concerne sa tenue, Aloise s'habille toujours de couleurs clairs, ses préférées restant le blanc et le beige. Elle aime aussi beaucoup le mauve et le rose, et ne porte jamais de tenues foncées. Le noir, elle l'abhorre plus que tout; Il représente à ses yeux la couleur de la mort, du désespoir, et un nombre impressionnants d'autres qualificatifs tout aussi positifs. De coutume, elle est vêtue d'une sorte de justaucorps muni d'un short, de couleur blanche, de longues bottes lui remontant jusqu'aux cuisses, de la même couleur, et parfois de longs gants également, clairs eux aussi. Il lui arrive parfois d'attacher un foulard rose ou mauve à son cou, ou une fleur dans ses cheveux. Ce sont les seules touches de coquetteries qu'elle s'autorise. Souvent, ses vêtements son salis à cause de ses nombreuses cavales et errances, lui donnant encore plus l'air d'un animal. Sous sa forme monstre, Aloise a l'apparence d'un pégase d'un blanc immaculé doté de longues ailes. Contrairement à certains de ses congénères, elle ne possède pas de corne.

Histoire:

C'est un venteux matin que Kora Kheira donna naissance à sa fille, alors à peine âgée de dix-neuf ans. Son mari, qui n'était guère plus vieux, ferma la porte de sa demeure à tous ses voisins et même à sa famille. Seul le médecin fut autorisé à assister la mère durant l'accouchement, et fut renvoyé aussi sec une fois que le nouveau-né fut en sureté dans les bras de sa mère. Dans le ville d'Equus, il était de notoriété publique que les Kheira étaient en froid avec le monde entier, leurs familles respectives en particulier. Si les parents de la Demoiselle n'avait pas trouvés Emilian assez bien pour leur chère petite fille, c'était les deux sœurs d'Emilian qui avaient protestées à l'idée que leur frère puisse s'unir à cette pimbêche sans saveur, comme elles appelaient souvent Kora. Néanmoins, sans qu'on sache trop pourquoi ni comment, il leur fut permit de prononcer les vœux sacrés. Il y eut beaucoup de rumeurs à ce sujet en ville suite à leur mariage, mais comme chaque rumeur en ce monde, elle fut supplantée par une autre, et le murmure se tu, laissant les deux jeunes mariés seuls dans leur maison à l'écart des autres, sans que personne ne puisse percer le secret de ce qui se passait entre ces murs de pierre. Et c'est toujours dans le silence le plus complet que naquit la petite Aloise, sur qui deux paires d'yeux clairs se posèrent, deux paires d'yeux seulement, ceux de ses parents. Comme un trésor gagné aux prix de nombreux efforts, le nouveau-né fut jalousement gardé à l'intérieur de la maison, seul Emilian sortant parfois en ville pour acheter des provisions et des étoffes. Les villageois lui posaient des questions, le saluaient, tentaient de briser cet impassible visage et cette attitude distante. Mais rien n'y faisait, et le jeune homme aux cheveux blonds s'en allait comme il était venu, ses pas provoquant sur le sol un cliquetis caractéristique, celui des chaines qu'il attachait toujours à ses bottes.

Emilian Kheira était pourtant un petit garçon enjoué, dans le temps, à l'image de sa femme. Deux enfants comme on en croise souvent, qui se courent après dans les rues, et rient des bêtises qu'ils se plaisent à oser faire dans le dos de leurs parents. Mais depuis quelques années, ils n'étaient plus les mêmes. Pourquoi? Tout le monde aurait bien aimé le savoir. Cette détresse dans leurs yeux, et cette distance muette qu'ils avaient mise entre eux et les autres étaient incompréhensibles pour qui n'était pas à leur place. Alors ce fut tout naturellement que les protestations fusèrent lorsque le jeune couple fit part de son désir de quitter Equus à leurs familles, deux semaines exactement après la naissance d'Aloise. Cette idée paraissait absurde aux yeux des hybrides: Pourquoi vouloir quitter une ville où ils étaient les bienvenus pour des terres peuplées d'êtres hostiles à leur présence pour la plupart, et avec un nouveau-né par dessus le marché? Les familles se disputèrent avec leurs enfants, cherchant la raison de ce départ, mais Emilian et Kora se fermèrent à toute discussion, comme de coutume, prétextant étouffer dans cet endroit dont ils ne supportaient plus la vue. Alors pendant que les parents se rejetaient la faute, à qui de la fille ou du fils imputait cette décision insensée, le couple Kheira fit ses bagages, n'emportant avec eux que peu de choses, et s'en allèrent sans mot dire, sans même un au revoir, comme des voleurs. Même lorsque la petite soeur de Kora l'appela en larmes depuis l'entrée de la ville, cette dernière ne se retourna pas. Pour le jeune homme et la jeune femme, ainsi que leur fille, une page de leur histoire s'était tournée, et le livre de leur vie s'ouvrait sur une autre, qui ne demandait qu'à être débarrassée de cette vierge blancheur qu'aucune trace d'encre ne souillait encore.

Aloise n'a strictement aucun souvenir de la ville d'Equus. La première image qui s'impose à elle lorsqu'on lui demande d'évoquer son enfance, ce sont ces plaines qui semblent s'étendre à l'infini, et sur lesquelles le soleil ne brille jamais ni trop fort ni trop peu. Une odeur entêtante d'herbe en été, et la petite maison de bois qu'elle et ses parents habitaient à l'époque. Son passé? Aloise ne verrait pas bien en quoi cela pourrait vous intéresser. Mais si elle devait compter l'histoire de sa vie, certainement le ferait-elle comme ceci.

n.n.n.n.n.n.n.n.n.n.n

Tu ne mettras point en cage

'Insouciance'

Une petite maison perdue dans une plaine, non loin d'une forêt aux arbres encore jeunes. C'est dans cette maison que vit la famille Kheira, coupée du reste du monde. Dans le jardin délimité par de frêles barrières en bois, une fillette de trois ans s'amuse à ramasser les petits insectes qu'elle trouve dans l'herbe, les regardant s'envoler à grand renfort d'éclats de rire. Cette petite fille s'appelle Aloise, et elle vit seule avec son père et sa mère. Jamais la famille ne reçoit de visite, jamais ni la mère ni la fille ne se déplacent en ville, laissant le soin du ravitaillement à leur mari et père, qui lui seul est autorisé à quitter la maison. La petite fille ne se sent pas seule, n'a aucune notion de la solitude. Quand a grandit jusque là dans un univers clos et sans lien avec le monde extérieur, on ne se pose pas même la question de savoir si un autre monde existe au delà des plaines vertes encadrant notre existence. Aloise, elle, ne se pose pas la question. Trop jeune, trop insouciante, elle vit au jour le jour, comme la plupart des enfants de ce bas monde.

« Regarde, maman, j'ai trouvé une sauterelle! »

Kora tourna son regard absent vers sa fille venue lui montrer sa découverte, avec un petit sourire. Kora Kheira était une femme grande et mince, qui semblait toujours être dans la lune, détachée de tout ce qui l'entourait. Aimante à sa manière, elle regarda le petit insecte un instant, avant de le prendre dans sa main et le relâcher, sous le regard scandalisé d'Aloise.

« Mais maman, pourquoi tu l'as laissé partir? Je voulais le mettre dans une boîte et l'élever!

-Ma chérie, tu ne voudrais pas qu'on t'enferme dans une boîte pour le restant de tes jours, n'est-ce pas? Il ne faut pas faire aux autres ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse. »

La fillette gonfla ses joues, vexée d'avoir perdu son trésor, et s'assit à terre, attrapant un brin d'herbe pour dessiner des arabesques sur le sol poussiéreux. Elle ne releva la tête que lorsqu'un homme aux cheveux blonds et aux yeux clairs poussa la porte d'entrée, un bagage sous le bras. Se relevant pour aller s'accrocher aux jambes de son père, Aloise pointa un doigt accusateur vers sa mère, qui continuait de coudre paisiblement.

« Papa, Maman a libéré la sauterelle que je voulais élever! »

Regard intrigué du père, haussement d'épaules de la mère, qui ne se détourne pas de son ouvrage. Emilian se mit à genoux devant sa fille, et lui prit les mains avec un sourire. C'était toujours comme cela que son père faisait pour lui parler: Il se mettait à sa hauteur et prenait ses mains dans les siennes. Pour lui, si l'on voulait que quelqu'un nous comprenne, il fallait le regarder dans les yeux. Beaucoup de choses passaient par le regard, comme il se plaisait à le répéter. Aloise, elle, ne savait pas si c'était vrai: Quand elle regardait les yeux de ses parents, elle voyait juste leur couleur, bleu et violet. Rien d'autre.

« Aloise, tu sais très bien que mettre des êtres vivants en cage est mal.

-Mais pourquoi? Je l'aurais bien nourri!

-Même bien nourri, il aurait été triste. Tu comprends? Les êtres vivants ne sont pas fait pour être en cages, ils sont fait pour être libres. »

Encore et toujours cette notion de liberté, que la petite fille, trop jeune encore, ne parvenait pas à saisir. Quand les mains de son père lâchèrent les siennes et qu'il descendit de la terrasse de bois avec un dernier signe pour sa femme et sa fille, Aloise secoua la main avec énergie, sursautant lorsqu'une sauterelle vint se poser sur la rambarde, juste devant elle, à quelques centimètres de ses yeux. La petite fille observa l'intruse avec intérêt, jusqu'à ce que cette dernière ne s'en aille, glissant dans l'herbe verte avec un petit bond. La liberté, c'était peut-être pouvoir gambader dans l'herbe comme on le voulait. Et si c'était ça, alors c'était logique que personne ne veuille être mit en cage. Se dit-elle en sautant dans l'herbe à la suite de son amie aux longues pattes.

n.n.n.n.n.n.n.n.n.n.n

Tu ne pleureras point

'Incompréhension'

Quand sa mère lui avait annoncé la bonne nouvelle, il y avait neuf mois de cela, Aloise n'avait vu que des inconvénients à la venue d'un nouveau-né dans leur petite maison de bois. De un, car justement la maison était petite, et que le bébé allait devoir dormir dans sa chambre, qu'elle se refusait à partager avec qui que ce soit. Et de deux, car il allait très certainement s'accaparer l'attention de ses parents, cet intrus, et que c'était là quelque chose d'impardonnable. Est-ce que ses parents étaient conçus pour pouvoir aimer deux enfants à la fois? S'était alors demandé Aloise, tremblante de peur à l'idée que son père ne la prenne plus sur ses genoux et que sa mère ne la câline plus. Puis finalement, la curiosité de voir un nouveau-né avait prit le dessus, et elle avait attendu avec impatience que le ventre rond de sa mère ne lui offre cette petite soeur ou ce petit frère tant désiré et redouté à la fois. Un jour d'hiver où le vent soufflait fort, sa mère mit au monde, sans autre aide que celle de son père, une petite fille fragile et maigre qui agitait désespérément les bras. Niccy, de son nom, ne vécu que deux jours. Vêtue d'un beau et résistant tissu rose, c'est Aloise qui l'amena à ses parents le matin, demandant si c'était normal que sa soeur ne se débatte plus. A cinq ans, on ne comprend pas bien la notion de mort. Sa mère, atterrée, se mit alors à pleurer, et son père lui reprit la petite des bras sous ses véhémentes protestations; Si elle ne bougeait plus, pourquoi ne pouvait-elle pas en faire sa poupée?

« Redonne là moi, c'est ma soeur! »

Mais ses protestations n'eurent aucun effet sur Emilian, qui mit la fillette dehors, sans autre forme de procès. L'oreille collée à la porte, Aloise tenta d'entendre ce que ses parents se disaient. Elle entendit les bruits des chaines accrochées aux bottes de son père, les sanglots de plus en plus rares de sa mère. Puis au milieu d'un soudain silence, une phrase, prononcée à la manière d'une sentence, tranchante, nette, semblant être vieille de plusieurs années:

« Tu ne dois pas pleurer. On ne doit pas pleurer. Pleurer est le signe des faibles; Pleurer, c'est perdre sa liberté, c'est se soumettre à quelqu'un, à quelque chose. On ne doit pas pleurer. »

On ne doit pas pleurer. Aloise se répéta cette phrase dans sa tête, plusieurs fois, avant que le bruit de pas se rapprochant de la porte ne la force à sa cacher à l'angle du mur, pour que son père, qui sort de la pièce, ne puisse pas la voir. Elle ne comprenait pas. Pourquoi ne faudrait-il pas pleurer? Pourquoi? Le lendemain matin, ses parents mangèrent sans se parler, en silence. Personne ne posa les yeux sur elle, personne n'évoqua Niccy non plus. Jamais plus Aloise n'entendit parler de sa soeur, comme si elle n'avait jamais existé. Mais curieusement, sans qu'elle sache trop pourquoi, le ciel au dehors ne lui paru plus aussi bleu qu'auparavant.

'Pourquoi on a pas le droit de pleurer? Je comprend pas...'

n.n.n.n.n.n.n.n.n.n.n

Seule à jamais tu resteras

'Solitude'

Il s'était écoulées bien des années depuis la mort de Niccy. Aloise avait maintenant treize ans, et habitait toujours la même petite maison de bois, dans la même plaine, à côté de la même forêt. Les jours s'écoulaient lentement, se ressemblant, et il n'y avait pas grand chose à dire sur cette jeune fille qui n'avait encore jamais vu le monde extérieur. Si étant enfant, l'envie de voir ce qui pouvait se dissimuler derrière l'horizon ne l'avait jamais tenté, à présent, c'était une toute autre ritournelle. Accoudée à la table, dans le petit salon, ses yeux d'améthyste tournés vers le ciel visible à travers la fenêtre, elle hésitait. Elle hésitait à poser cette interrogation jamais soulevée auparavant. En face d'elle, sa mère épluchait des fruits et des légumes en silence. Comment réagirait-elle, si elle lui posait la question?

« Maman?

-Hmmm?

-Est-ce que je pourrais accompagner papa, un jour?

-...Comment ça? »

La voix de sa mère s'était faite tendue, et ses yeux bleus scrutaient le visage de sa fille unique avec appréhension et colère. C'était un drôle de mélange qui se livrait bataille dans les yeux de sa mère, Aloise devait l'avouer.

« Eh bien...Sortir, voir ce qu'il y a l'extérieur, et...

-Jamais. »

La femme aux cheveux châtains posa violemment le couteau et le fruit qu'elle épluchait sur la table, faisant sursauter Aloise, qui lui lança un regard surpris. D'ordinaire, sa mère n'était pas aussi sèche dans ses paroles. Pas douce, mais d'une égalité plate forçant l'admiration. Aloise ne savait pas si la manière d'agir de ses parents était étrange, ou même si c'était normal de ne pas vouloir la laisser sortir de cette maison. Pour elle, qui n'avait jamais connu et vu de sa vie que ses parents, elle ne pouvait décemment pas comparer sa vie avec celle d'un autre. Tu sais ce qu'il y a de marrant, avec l'enfermement? C'est que si tu vis ça depuis ta naissance, tu ne considères pas même ça comme une épreuve. Tu trouves ça normal, car étant enfant, tu intègres ce qui t'entoures comme étant une norme. Et une fois cette norme intégrée, tu ne peux plus jamais t'en détacher.

« Mais pourquoi? Je ne comprend pas...

-Aloise...Il y a beaucoup de choses que tu ne connais pas. Et crois moi, ça vaut mieux pour toi. L'ignorance est le meilleur des remèdes en temps de guerre.

-Pourquoi? Il y a la guerre, ailleurs? »

Les épaules de Kora s'affaissèrent dans un long soupir. Aloise, elle, ne parvenait pas à détacher son regard de sa mère. Si elle scrutait son visage, peut-être y verrait-elle passer les spectres de paroles tues depuis tant de temps? Quand enfin sa mère reprit la parole, Aloise fut surprise de sentir sa main se poser sur la sienne. D'habitude, elle ne lui montrait que peu de gestes d'affection. C'est ainsi qu'Aloise avait toujours connu sa mère: Réservée, même dans l'amour qu'elle portait à sa famille.

« Non, il n'y a pas la guerre, mais c'est bien pire. Si tu sors d'ici, tu vas être prise dans une spirale infernale, et tu devras choisir entre tuer ou être tuée. C'est la loi du plus fort qui règne à-bas, il n'y a pas de place pour les faibles. Ils ont beau le dissimuler avec des lois, c'est toujours visible. »

Aloise n'osa plus rien dire, troublée par la manière rapide et expressive dont sa mère parlait. Comme si, pendant des années, elle avait retenu ce flot de paroles. Mais un jour, il fallait bien instruire les enfants, aussi douloureuse que soit la leçon. L'emprise qu'elle exerçait sur la main de sa fille se raffermit légèrement, dans un geste inconsciemment rassurant et protecteur.

« Je sais que ça va te paraitre dur, mais tu es condamnée à rester seule toute ta vie, Aloise. Quand ton père et moi disparaitront, tu ne devras faire confiance à personne, ne parler à personne, ne te reposer sur personne. Si un jour tu décides d'aller voir ce qui se cache derrière l'horizon...Souviens toi seulement de ceci: D'un côté, il y aura ceux qui voudront te tuer, qui auront peur de ce que tu es. Et de l'autre, il y aura ceux que tu voudras tuer, car cette mission est ancrée dans tes gênes.

-Je ne comprend pas, répliqua Aloise en dégageant sa main de l'étreinte rassurante de celle de sa mère, à la fois troublée et effrayée par ces paroles qui ne trouvaient pas tout leur sens à ses yeux, Pourquoi voudrait-on me tuer? Pourquoi aurait-on peur de moi?

-Parce que tu es différente. Ici, tu es toi, rien ne te différencie des autres, car il n'y pas les autres. Mais sitôt que tu entreras en contact avec eux, tu sentiras cette différence.

-Différente comment?

-Tu n'as pas besoin de le savoir. Dis toi simplement que les gens comme nous sont condamnés à une certaine solitude. Nous sommes une sorte de pont entre deux espèces, ceux qui ne seront jamais reconnus, ceux qu'on chasse à coups de pierre.

-Je...

-Solitude. C'est pesant...Mais on s'y fait. »

Kora se releva et, sans un mot de plus, épousseta son tablier et passa dans la pièce d'à côté, où du ménage l'attendait. Aloise la regarda partir sans rien dire ni rien faire, perdue dans ses pensées. Au dehors, le ciel se couvrait peu à peu de gros nuages noirs; Il allait bientôt pleuvoir. Différente, solitude...Ces mots résonnaient comme une malédiction aux oreilles de la jeune fille aux cheveux clairs. Qu'avait-elle de différent? Qu'aurait-on pu lui reprocher?

Vivre seule...Cette perspective lui laissait un goût amer dans la bouche. Parce qu'on fond, Aloise savait qu'elle était loin de connaître la réelle signification de ce mot, et ce que cela pouvait bien faire à quelqu'un que d'être complètement seul.

n.n.n.n.n.n.n.n.n.n.n

Ils sont venus un jour gris, alors qu'il ne faisait ni chaud ni froid. Des hommes armés de fourches et d'épées, qui cognèrent à la porte de la petite maison de bois. Ce qui se passa ce jour-là, Aloise ne le su jamais vraiment. Poussée dans la cave creusée sous la maison, elle entendit des cris, des exclamations, le sifflement sinistre d'un feu. A demi asphyxiée par la fumée, elle s'évanouit à même le sol, persuadée alors que sa fin était arrivée. Mais le destin, cruel manipulateur, ne semblait de toute évidence pas en avoir décidé ainsi.

Elle avait seulement seize ans lorsqu'elle se retrouva entièrement seule.

La première chose qu'Aloise senti en se réveillant fut cette désagréable odeur de fumée. Son corps lui faisait mal, et dans sa tête carillonnaient plusieurs cloches qu'elle tentait en vain de faire taire. Se redressant péniblement sur ses coudes, elle regarda autour d'elle, sa vision encore brouillée. Un vent frais s'engouffrait par l'ouverture de la cave qui, défoncée par une poutre calcinée, laissait entrevoir un joli ciel bleu d'après-midi. Plus encore que le fait que si cette poutre était tombée un peu plus loin, elle serait morte écrasée, Aloise resta pétrifiée à la vue de ce ciel. Ce n'est pas le ciel qu'elle aurait du voir d'ici, mais bien le plafond de sa maison. Mue par une soudaine énergie, la jeune fille se redressa sur ses jambes tremblantes, toussotant. Se glisser hors de la cave fut laborieux, mais souple et agile, Aloise y parvint sans se blesser. A présent debout au milieu des décombres, elle eut envie d'immédiatement se replonger dans le semi-obscurité et l'atmosphère étouffante de la cave dont elle venait de sortir. Cette maison dans laquelle elle avait passé toute sa vie n'était plus qu'un immense champ de ruine, calciné, réduit en miette, ravagé. Aloise tituba, tenta de se frayer un chemin entre les débris, comme absente. Que faire, que dire? Le ciel, si bleu au dessus de son malheur, sonnait comme une insulte. Elle aurait voulu sur le coup lui régler son compte, le rendre plus sombre. Quand enfin la jeune hybride parvint à sortir de la ruine qu'était devenue son foyer, elle se laissa tomber à genoux sur l'herbe roussie, tremblante. Elle regarda de droite à gauche, mais ne vit aucune trace de ses parents. Aucune présence, ni aucun...Cadavre. Elle resta ainsi un moment, l'esprit comme vidé. Que faire, que dire? Encore les mêmes interrogations qui la harcelaient. Soudain, des voix retentirent non loin d'elle, mettant fin à cette torture mentale.

« Eh ben, c'est bien brûlé! Tu crois qu'ils ont mit le feu avec quoi?

-Des torches, j'imagine...Il paraît que c'étaient des hybrides qui habitaient là.

-Ah, ces monstres! J'espère qu'ils ont brûlés avec leur maison. Franchement, savoir qu'il y en avaient si près de chez nous... »

Les mains d'Aloise se crispèrent nerveusement sur ses genoux à ces mots. Des hybrides? Ces hommes parlaient-ils de ses parents? Des monstres...Les mots de sa mère lui revinrent en mémoire, comme un écho. Parce que tu es différente. Est-ce que c'était de ça, qu'elle parlait alors?

« Her, regarde, il y a quelqu'un près des décombres! »

Plongée dans ses pensées, la jeune fille aux cheveux courts n'avait pas remarqué que les deux hommes qui parlaient s'étaient approchés. Elle essaya de se relever, mais retomba pitoyablement à terre. Elle n'avait plus aucune force. Quand deux paires d'yeux se posèrent sur elle, elle eut un involontaire mouvement de recul. Deux hommes habillés de couleur sombres, deux hommes qu'elle n'avait jamais vu. Mais cela n'avait rien d'étonnant, n'est-ce pas? C'était la première fois qu'elle voyait quelqu'un d'autre que ses parents.

« Comment tu t'appelles? Demanda l'un des hommes, qu'est-ce que tu fais ici? Tu as un problème?

-Her, c'est peut-être un hybride, elle aussi!

-Hein? Avec une tête pareille? »

Aloise fuyait le regard de ses interlocuteurs, mais une main vint sans ménagement se placer sous son menton, l'obligeant à fixer les yeux bruns de cet homme dont elle ne connaissait rien. La lueur qui y passa la fit frémir. Danger, répétait en boucle son esprit embrumé.

« Elle est plutôt jolie. On pourrait en faire quelque chose.

-Tu plaisantes?

-Pas du tout. Elle a pas beaucoup de réaction, elle est peut-être blessée. Bha, ça n'en sera que plus facile. »

Une main qui la force à se redresser, violemment, brusquement. Dans les gestes de cet homme, aucune compassion. A ses yeux, elle ne vaut pas plus qu'un simple objet.

« Non, laissez moi...parvint à articuler Aloise, luttant pour se défaire de l'étreinte douloureuse de l'homme, combat perdu d'avance. Pourquoi se sent-elle si faible et démunie?

-Te laisser? Rêve pas trop.(L'homme à un sourire mauvais) Je connais un tas de monde qui aimerait bien s'amuser avec toi. Alors tu vas être gentille et nous suivre, d'accord? On te fera pas de mal si tu ne cris pas. »

La main qui se posa sur sa joue fut comme un réveil brutal. Aloise poussa un cri perçant, et quelques secondes plus tard, les assaillants étaient à terre, regardant hébétés un cheval d'un blanc immaculé se sauver à travers la campagne.

Aloise couru longtemps, très longtemps. Lorsqu'elle s'arrêta à l'orée d'une immense forêt, le soleil couchant commençait à décliner sur la campagne sa douce lumière orangée. Épuisée, elle se laissa tomber à terre, retrouvant sa forme humaine. Le souffle court, elle ne comprenait pas ce qui s'était passé. Qui était-elle, où était-elle? Devant elle des arbres immenses semblaient former un pont entre le ciel et la terre. Ce n'était pas la forêt à côté de laquelle elle avait passé son enfance, celle-ci était bien plus grande. Un frisson la parcourue, alors que des murmures se firent entendre d'entre les arbres. Aloise perdit connaissance.

n.n.n.n.n.n.n.n.n.n.n

Aloise fut secourue par des centaures en patrouille hors de la ville. Elle fut ramenée à Equus, où on la soigna et lui expliqua toute l'histoire. Le départ de ses parents, ce qu'étaient les hybrides...Pour la jeune fille aux yeux violets, qui n'avait jamais connu le monde ni entendu parler de tout cela jusque là, ce fut comme une révélation. Elle resta à Equus le temps de se rétablir, puis décida de reprendre les routes. Malgré l'insistance de la soeur de sa mère à ce qu'elle reste dans la ville cachée au milieu des immenses bois, Aloise ne voulait pas trahir ses parents, qui avaient tant désirés de s'éloigner de cette ville, bien qu'elle ne sache pas pourquoi. En deux années, Aloise visita bien des endroits, parcourue beaucoup de kilomètres. Les villes, qu'elle voyait pour la première fois, ne lui plurent pas, et elle ne s'y arrêtait qu'en cas de nécessité. Tout ce que ses parents lui avaient cachés jusque là, toute cette société, Aloise la méprisait. Dans un monde régit par de stupides lois, elle ne voyait plus la liberté que ses habitants possédaient. Et elle, si on lui avait apprit une chose, c'était à chérir la liberté. On ne met pas les animaux en cage: Tout ce qu'elle voyait en des villes telles que Babylone ou Falbard, c'étaient d'immenses cages dont on avait peint le plafond pour faire croire à un ciel.

D'un côté, il y aura ceux qui voudront te tuer, qui auront peur de ce que tu es.

Aloise avait trouvé en ces humains qui se réunissaient dans les grandes villes la définition de cette phrase. Des êtres faibles se qualifiant de normaux, qui anéantissaient tout ce qui, de près ou de loin, ne leur ressemblait pas.

Et de l'autre, il y aura ceux que tu voudras tuer, car cette mission est ancrée dans tes gênes.

Face à la statue à l'effigie du grand Dragon Noir, Aloise su que ces Titans que les hommes vénéraient et redoutaient à la fois étaient ces ennemis séculaires dont lui avait parlé sa mère. Une haine vieille de plus d'un siècle qui n'était pas la sienne coulait dans ses veines, faisait bouillir son sang. Une mission inachevée, dont on réclamait la fin. Confusément, la jeune fille se promit de la remplir. Elle ne savait pas comment, mais elle le ferait. Telle était la mission qu'on lui avait assignée avant même sa naissance.

Ses parents, Aloise n'en entendit plus jamais parler. Elle ne retrouva pas leurs corps dans les décombres calcinés de sa maison, et imagina qu'ils avaient du être emmenés quelque part, ou simplement qu'ils avaient fuis. L'un dans l'autre, le résultat était le même: Elle était seule, à présent. Se servant de ses vols pour vivre, la jeune Pégase mène à présent une vie qu'elle considère comme libre; sans aucune loi ni restriction. L'autorité, elle ne s'y plie pas: Voler est une manière comme une autre de survivre.

Telle est la vie qu'elle mène depuis deux ans maintenant.

Image(s) forme humaine :
Spoiler:
 

Spoiler:
 

Image(s) forme monstre :
Spoiler:
 

Spoiler:
 

HRPG:

Avez-vous un prénom? Oui, bien entendu. Pas celui que j'aurais voulu, vu que ce sont mes parents qui on choisit, mais bon. Sinon, c'est sûr que je ne porterais pas le prénom que je porte.~

Avez-vous un âge réel? ...Ah, parce qu'on peut avoir un faux âge? Dans ce cas...

Comment avez-vous découvert le forum? Quelqu'un m'a donné l'adresse, et m'a gentiment proposé de m'inscrire, ce que j'ai fais, dans ma grande bonté. A mes risques et périls...~

De quoi avez-vous rêvé la nuit dernière? Oh, c'est un peu confus...Je crois que j'ai rêvé que le réveil de ma soeur sonnait à 9h00 et me réveillait alors que je me suis couchée à 4h00 et...Ah non, ça c'est vraiment passé, ça, j'oubliais.

Avez-vous réellement conscience de ce que vous avez conscience d'être? Parler de philo' alors que le BAC est dans moins d'un moi, c'est sadique, vous savez? Mais bon, Je dirais que si j'ai conscience d'être, c'est déjà pas mal en soi. Et que maintenant que vous me posez la question, je pense effectivement avoir conscience de ce que j'ai conscience d'être. Enfin, ça dépend, est-ce que ce que je pense avoir conscience d'être est vraiment ce que je suis? Ca dépend de tellement de choses, je ne peux pas répondre clairement!XD


Dernière édition par Aloise Kheira le Ven 3 Juin - 16:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Kuragari Nyx »
avatar
Léviathan

Messages : 365
Date d'inscription : 28/03/2011
Localisation : Si tu vois une ombre géante dans l'eau, c'est moi. ♥

Feuille d'identité
Age: 19ans.
Humeur: Maligne !
Equipement:
MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over} Dim 22 Mai - 14:53

Bienvenue. x)
Que le monde est petit ! (si je ne me trompe pas dans mon estimation de la personne, ce qui est possible dans ce cas j'ai l'air bien conne. 8D)
*Lui donne un marteau* C'est pour ton réveil, il ne risquera plus de gêner je pense avec ça.

_________________
.De profondis clamo adite domine.

Prie lorsque le Léviathan s'engouffre dans les abysses de ton âme. Implore son pardon, il est le seigneur de la torture !
♪ L'espoir n'a pas sa place face à lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité »

Invité


MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over} Dim 22 Mai - 19:18

Bienvenue Pégase Blanc.

Enfin un camarade, même si je suis le seul titans Pégase noir authentique =D

J'espère que tu te plaira =)

Bonne chance sur le forum.
Revenir en haut Aller en bas
« Claus »
avatar
Cerbère

Messages : 111
Date d'inscription : 14/04/2011
Age : 25
Localisation : Quelque part. Si je ne te le dis pas, c'est que je n'ai pas envie que tu vienne.

Feuille d'identité
Age: 21 ans.
Humeur: Très fréquemment mauvaise.
Equipement:
MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over} Lun 23 Mai - 17:21

Aha, je l'savais! Tu t'es enfin décidée, Gringo.8D

Et certains diront que yé t'ai coupé dans ton élan, mais cela n'a strictement aucun rapport avec les références dans lesquelles je m'embrouille.u__u''

Content de voir que tu zêle pour poster la présentation. Un Pégase, c'est autrement mieux que ce que tu m'avais laissé entendre jusque là....x'D

En espérant tout de même que tout soit assez clair pour toi, hein. N'oublie pas, j'suis là si jamais...ô__ô'

Même si tu es, bien évidemment, capable de te débrouiller toute seule parfaitement aussi, hein.O__o

Enfin bref. Bienvenue, welcome, en espérant que ton canasson sauvage soit bien intégré.8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Aravis »
avatar
Dragon

Messages : 347
Date d'inscription : 02/05/2009

Feuille d'identité
Age: 23 ans
Humeur: Explosive !
Equipement:
MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over} Lun 23 Mai - 19:16

Hey le moulin à parole, chut ! xD L'histoire a pas l'air compliquée à comprendre, on a simplifié au maximum, et puis Aloise a un très bon niveau de RP, on accueille pas une noob là x)

Bienvenue ! Le STAFF attend avec impatience la suite de ta présentation =)

_________________
Mon chant du Phénix

~ Don't speak her name ! ~
(Fire Emblem Awakening OST)
~ Sword art ~
(Sword Art Online OST)
~ Hope and Memory ~
(Lord of the Rings OST)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Haldor »
avatar
Phénix

Messages : 107
Date d'inscription : 28/03/2011

MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over} Mar 24 Mai - 20:41

tais toi donc shura xD
Bon, ceci dit, bravo pour ta présent, comme Aravis à dit on attends avec impatience la suite =)
et bienvenue ^^ je suis sincèrement heureux de te compter parmi nous =)

_________________



BOCOUDEDÉGA?

-PAR LE VOL DU PHÉNIIIIIIIIIIIX!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Aravis »
avatar
Dragon

Messages : 347
Date d'inscription : 02/05/2009

Feuille d'identité
Age: 23 ans
Humeur: Explosive !
Equipement:
MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over} Ven 3 Juin - 14:03

Rhooo ! Il manque l'histoire ! xD Courage !
Et ne stresse pas pour le bac, tu passes quelle filière?

_________________
Mon chant du Phénix

~ Don't speak her name ! ~
(Fire Emblem Awakening OST)
~ Sword art ~
(Sword Art Online OST)
~ Hope and Memory ~
(Lord of the Rings OST)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Aloise Kheira »
avatar
Pégase

Messages : 18
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 25
Localisation : Par précaution, je ne la donne jamais.

Feuille d'identité
Age: 18 ans
Humeur: Ni bonne, ni mauvaise. Mais ça pourrait changer, alors...
Equipement:
MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over} Ven 3 Juin - 14:13

Voilà! J'ai terminé l'histoire, alors normalement, c'est bon.~

Je passe une filière littéraire, mes braves. C'est plus dur que ce qu'on pourrait penser...Je tremble pour la Philosophie.XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Aravis »
avatar
Dragon

Messages : 347
Date d'inscription : 02/05/2009

Feuille d'identité
Age: 23 ans
Humeur: Explosive !
Equipement:
MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over} Ven 3 Juin - 14:23

Nan au contraire, le bac L est le plus simple ! (quand on regarde un lycée général ><)

STG: économie droit, management, (spécialisation com, gsi ou mercatique), à l'écrit ET à l'oral, + l'anglais et l'espagnol à l'écrit ET à l'oral, + les maths et l'histoire-géo [je crois que j'en ai oublié, Arthas nous dira xD]

ES: toutes les matières ont presque le même coefficient >< c'est très désavantageux (sauf pour ceux qui ont spé sciences politiques, et qui ne comptent que sur ce coeff important pour rattraper toutes les autres matières !)

S: ...aïe T_T

L: quand on regarde bien, le bac de maths est déjà passé (sauf pour moi xD), ainsi que la biologie. Même si t'as pas la moyenne en philo (vise 8 ou 9), t'as la Littérature qui compte bien ainsi que l'histoire géo qui sont, si j'me souviens bien, au même coeff. Ensuite t'as l'anglais et l'espagnol (petit bonus à l'oral selon la spé que tu as pris).

En résumer, j'ai "révisé" (en gros survolé les cours) pendant seulement 5 jours...(bon ok, j'ai glandé pendant deux jours xD) et seulement les cours d'histoire géo, littérature et philo...
Ma moyenne générale au bac?

11, 25


Presque la mention !!! >o<

Bref, tout ça pour dire qu'à ce bac là, faut pas paniquer.
"Pour ne pas avoir son bac, il faut vraiment ne pas le vouloir." (merci totof' pour cette grande leçon de sagesse !)

~*~*~*~*~*~*~*~*~*

Maintenant je vais lire ton histoire et te valider ^^

_________________
Mon chant du Phénix

~ Don't speak her name ! ~
(Fire Emblem Awakening OST)
~ Sword art ~
(Sword Art Online OST)
~ Hope and Memory ~
(Lord of the Rings OST)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Éléa »
avatar
Sylphe

Messages : 44
Date d'inscription : 26/05/2011
Localisation : dans la foret

MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over} Ven 3 Juin - 16:59

Super ton histoire j'adore ! tu est vraiment douée \o/ je me sent comme un petit scarabée par rapport à toi ^^"... j'ai lue toute ton histoire d'une traite et j'adore Very Happy enfin voila merci pour la lecture et j'espère pouvoir rp avec toi... Quoi que le caractère de nos personnage soit assez opposé... ça pourrais être intéressant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité »

Invité


MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over} Ven 3 Juin - 17:14

REJOINT LES TERMINAL STG GESTION DES SYSTEMES D INFORMATION ET TU AURAS LA VERITE SUR LE MONDE !!!! N HESITE PLUS !!!!!!!!!!!!!


Bac oral : le 7
Bac écrit : du 16 au 22 -'- !

STGGGGGGGG POWAAAAA!!
Revenir en haut Aller en bas
« Aravis »
avatar
Dragon

Messages : 347
Date d'inscription : 02/05/2009

Feuille d'identité
Age: 23 ans
Humeur: Explosive !
Equipement:
MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over} Ven 3 Juin - 17:15

Owowowoh ! C'est quoi cette pub mensongère? xD

_________________
Mon chant du Phénix

~ Don't speak her name ! ~
(Fire Emblem Awakening OST)
~ Sword art ~
(Sword Art Online OST)
~ Hope and Memory ~
(Lord of the Rings OST)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
« Invité »

Invité


MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over} Ven 3 Juin - 17:17

Tu sais quoi STG C'est : SCIENTIFIQUE TECHNOLOGIQUE GENIAL!!!! x'D
Revenir en haut Aller en bas
« Aravis »
avatar
Dragon

Messages : 347
Date d'inscription : 02/05/2009

Feuille d'identité
Age: 23 ans
Humeur: Explosive !
Equipement:
MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over} Ven 3 Juin - 19:03

Je verrouille !!! ><

Bon jeu Aloise ^^

_________________
Mon chant du Phénix

~ Don't speak her name ! ~
(Fire Emblem Awakening OST)
~ Sword art ~
(Sword Art Online OST)
~ Hope and Memory ~
(Lord of the Rings OST)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


MessageSujet: Re: KHEIRA Aloise {Over}

Revenir en haut Aller en bas

KHEIRA Aloise {Over}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Myth of Legend :: Avant toute chose... :: Présentations & formulaire :: Présentations validées-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit